Quand le passé s’adresse au présent :  la vielle à roue dialogue avec le slam

Au programme du 5 avril 2014:

Entre 16h  et 18h30’ :
Animation musicale inattendue !
Un minibar-apéritif vous accueillera alors que Laurence Bouvin fera vibrer sa vielle à roue, pour faire chanter le volubile Hakim Larabi au rythme poétique de son Slam.

Dès 19 h :
Table d’hôtes (animée sporadiquement par Laurence et Hakim).
Entrée – plat – dessert – (boissons et café compris)

Participation aux frais :
5 € l’animation de l’après-midi – 28 € la table d’hôtes et l’animation musicale.

Voir historique du Slam, par Hakim et de la vielle à roue, par Laurence

 

 

La vielle à roue est un instrument de musique ancien dont jouent encore quelques passionnés, surtout dans le monde de la musique folk et des bals.
Sa sonorité se rapproche de la cornemuse. Elle est produite par des cordes frottées par une roue en bois actionnée par une manivelle à la main droite. Elle peut émettre trois types de sons en même temps : une basse continue ou bourdon, une mélodie jouée sur un clavier par la main gauche et un grésillement rythmique insufflé par les variations d’inflexions dans le tourner de manivelle.
Les premières vielles à roue apparaissent dans l’iconographie du IXème siècle. L’instrument, beaucoup plus grand qu’aujourd’hui, accompagne les chants religieux à l’église. Au fur et à mesure que les luthiers l’améliorent, elle se fait sa place dans les cours royales et inspire de grands compositeurs comme AntonioVivaldi ou Charles Bâton. Sa forme évoque alors celle du luth et de la guitare. Après la révolution Française, la vielle à roue perd ses lettres de noblesse et devient un instrument accompagnant le mendiant. Les « vielleux » animent les bals dans les campagnes et ont la réputation de charmer les loups. La vielle à roue tombe petit à petit en désuétude jusqu’à sa redécouverte par la nouvelle scène folk des années 1970 et son électrification.

Le Slam en quelques mots…

Le Slam vient de l’anglais, claquer. Le terme slam peut aussi bien désigner le genre qui est avant tout un art oratoire, que la manifestation à laquelle ce mot fait habituellement et historiquement référence. Le slam sert à s’exprimer de manière libre et sans contrainte.

De fait, le terme slam représente le plus souvent un slam de poésie, qui est un concours de déclamation de textes poétiques. Né d’une idée d’un ouvrier du bâtiment américain Marc Smith en 1986 dans le but de rendre les lectures de poèmes à la fois moins élitistes et moins ennuyeuses, le slam prévoit des règles minimales, laissant une grande liberté au participant

Situé entre la joute oratoire, la poésie et le one man show, le Slam de poésie est donc un art oratoire où quiconque veut s’exprimer occupe la scène, sans obligation de bibliographie poétique, de thématique, de mémorisation ou de format texte.

Il se définit surtout par des règles de temps, d’absence d’accessoires et de musiques et par la relation du slameur avec son public qui peut réagir même pendant les performances.

 


 

 

Atelier théâtre – lecture 

 

garalalecture! (une histoire de) from garalar! on Vimeo.

—————————————————————–
ecriturefev13

A l’observation d’une oeuvre d’art, tracer le chemin de compréhension de ce qui se ressent, se revit, se révèle par l’écrit. Ecrire, c’est chercher l’inspir et le déroulé de ce qui soudain se dit, en quête d’identité, d’apaisement et de l’expression spontanée de ce qui se dit de soi.

L’atelier sera nourri et guidé par vincent smetana [artiste, animateur d’atelier d’écriture et conseiller en relation d’aide thérapeutique].

——————————————————————